mercredi 7 décembre 2011

Rémi Mogenet sur Amiel

Je signale ici un court point de vue de Rémi Mogenet, sur son blog (07-12-2011), intitulé "Amiel et la France". Lire ici :  http://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2011/12/07/amiel-et-la-france.html  
Posté par philippe amen à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 31 octobre 2011

Yves Tenret sur Amiel

Je vous invite à déguster 3 articles anciens de Yves TENRET que reproduit la rubrique "Constellations" du site Dérives.Tv. Leur propos historique et analytique développe les points suivants : Amiel bachelier, 1840 - 1842 Amiel à Berlin, 1845 - 1846 Amiel extraverti, 1846   Ces textes de 1988, regroupés sous le titre "Pour en finir avec la rumeur", ont une conclusion attachante. Je me permets de la reproduire ici : De tous mes projets, l’un des plus passionnants : écrire un commentaire (et le publier)... [Lire la suite]
Posté par philippe amen à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 16 mai 2010

Intérieurs d'Albert Thibaudet enfin réédité

Gallimard fait oeuvre salutaire en rééditant Intérieurs, la fameuse étude d'Albert Thibaudet (1874 - 1936) sous-titrée, dans sa parution originale  (Plon, 1925) Baudelaire - Fromentin - Amiel. Le chapitre sur le diariste genevois est concis et subtil. Il trace l'originalité d'une écriture désintéressée par la parution et qui produit du doute, de l'inachèvement. En 1929, Thibaudet écrira une analyse plus forte et plus aboutie : Amiel ou la part du rêve (Hachette). Ce livre circule encore sans doute chez quelques... [Lire la suite]
Posté par philippe amen à 23:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 4 juin 2009

mélancolie et lucidité

Analyse d'un texte du journal d'AMIEL du 20 septembre 1864 éditions l’Age d’Homme, tome V, p. 572 EXTRAIT : « Pourquoi suis-je si long...cette forêt de pages vaines » La mélancolie d’Amiel est issue de son caractère mais provient peut-être de la tenue quotidienne de son journal intime. Le journal permet en effet de juger une vie en train de s’écouler et de traquer les défaillances les plus minimes. Cette page de 1864 – Amiel a 43 ans – se situe parmi celles où le diariste s’interroge sur ses talents et sur le rôle de son... [Lire la suite]